Ceux qui me connaissent personnellement savent que je n'ai pas de télé. Je ne trouve pas que les quelques programmes intéressants qui peuvent y passer parfois justifient le coût d'achat et le coût annuel. Et je trouve qu'on perd vraiment beaucoup de temps devant la télé, principalement parce qu'on est placé en position de récepteur inactif du flux d'images et de sons qui nous est déversé à toute vitesse dans le cerveau.

Notre seul moyen de contrôle sur ce qui nous est envoyé, c'est la télécommande. Quand on se rend compte que le contenu ne nous intéresse pas/plus, on peut choisir une autre chaîne, où on espère trouver un contenu qui nous intéressera davantage. La zapette est la seule chose qui nous différencie de l'oie, dont le foie se retrouvera sur nos tables à Noël. Elle nous permet de choisir la couleur du grain qui va être poussé au fond de notre gosier de téléspectateur.

De la passivité à l'activité

Enfin ce tableau est un peu caricatural, tout n'est pas si noir à la télé. Il y a certaines bonnes émissions, et celles que je trouve bonnes ne seront probablement pas les mêmes que celles que vous trouverez bonnes. Mais comment faire pour être plus actif dans notre sélection de programmes ? Avec la télévision actuelle, il y a deux solutions :

  • soit on se débrouille pour être à l'heure devant son poste pour le début de l'émission, et on la suit jusqu'à la fin
  • soit on programme son magnétoscope pour enregistrer l'émission sur une cassette.

La première solution s'adapte mal à une vie relativement active, où on ne peut pas forcément être à heure fixe devant son poste, ni y passer toute la durée de l'émission. Si il s'agit d'une émission ponctuelle, on n'est pas forcément disponible non plus à l'heure de diffusion et pendant toute la durée de la diffusion. Bref, c'est pas très souple.

La seconde solution n'est pas forcément meilleure, elle a pas mal d'inconvénients :

  • il faut avoir un magnétoscope
  • il faut avoir une cassette vierge
  • il faut programmer l'enregistrement 10min avant et 30 min après pour être sûr de ne rien rater de l'émission, et résultat il faut se taper des avances et retours rapide à la visualisation pour trouver le contenu intéressant
  • et je vous passe les détails, comme par exemple le fait qu'on puisse mettre deux émissions sur la même cassette, ce qui fait qu'après 2 ou 3 réenregistrements on ne sait plus ce qu'on a enregistré, la perte de qualité au fil des lectures/écritures, et autre joyeusetés.

En somme, nos deux options pour redevenir actif dans le choix de nos programmes ne sont ni souples ni pratiques. On reste finalement à l'état de consommateur passif.

Internet : l'avènement de la "vidéo à la demande"

Parallèlement à la télé, nous avons vu se développer ces dernières années la vidéo en ligne sur internet. Au début, seules quelques chaînes pionnières proposaient certaines de leurs émissions en ligne. Puis les mastodontes sont arrivés, je pense évidemment à Youtube, ainsi qu'à DailyMotion, Google Video, etc. La vidéo à la demande est devenue une réalité.

Depuis le succès de Youtube, de plus en plus de chaînes de télévision classique proposent la totalité ou la quasi-totalité de leur contenu en ligne, sous la forme de vidéos visionnables et/ou téléchargeables depuis leur site web. Aujourd'hui, une chaîne de télé qui n'a pas un site internet bien fourni en vidéo est même considéré "ringarde". On est en 2008, pas en 1998, quoi.

Mais bon, aller chercher les vidéos des émissions sur les sites des chaînes, qui sont tous différents dans leur mise en page et leur navigation, c'est encore beaucoup beaucoup moins pratique que de programmer son magnétoscope. On est donc loin d'une alternative à la télévision.

Internet : la technologie RSS

RSS, l'acronyme de Really Simple Syndication, est apparu sur le web il y a quelques années, et s'est répandu comme une traînée de poudre. On a vu fleurir des logos RSS et XML sur fond orange un peu partout, suivis par ce logo ressemblant à un émetteur radio stylisé, toujours sur fond orange.

Mais un flux RSS, qu'est-ce que c'est ? Wikipédia vous renseignera pleinement sur la question, mais un résumé en une ligne pourrait être le suivant : un flux RSS est une liste des dernières plublications d'un site, dans un format standard. Il permet donc de se tenir au courant des mises à jour d'un site (par exemple un blog) depuis n'importe quel logiciel qui comprend le format RSS. Cela permet, depuis le même logiciel, de suivre les mises à jour de plusieurs sites, voire de plusieurs dizaines de sites

VOD + RSS = Podcasts

La fusion de l'audio/vidéo en ligne et des flux RSS a donné lieu à une nouvelle technique : le Podcast. Le principe est le suivant : au lieu de référencer les articles d'un site web, le flux RSS référence les émissions audio ou vidéo d'un site. A partir de là, un lecteur audio/vidéo va lire régulièrement le fichier de mises à jour RSS, regarder si une nouvelle émission est disponible, et si c'est le cas la télécharger automatiquement sur l'ordinateur, en attente d'être lue.

Vous avez lu le début de cet article, vous voyez donc peut-être déjà le potentiel révolutionnaire de la technique du podcast par rapport à la télévision. Mais il faut savoir que pendant longtemps, le podcast était cantonné à des émissions audio uniquement, de type radio, destinées à être lues sur des balladeurs numériques (comme le célèbre iPod d'Apple). Les podcasts vidéo n'ont décollé que très dernièrement.

Miro

Et c'est là qu'apparaît Miro, en poussant l'idée du podcast encore plus loin : Miro considère ces flux RSS comme des chaînes de télévision, auxquelles ont peut s'abonner. C'est même encore plus granulaire, puisqu'un flux correspond à une émission périodique. C'est un peu comme si une chaîne de télévision classique proposait autant de "canaux" que d'émissions régulières.

Miro permet donc de s'abonner à ces émissions, et télécharge automatiquement la vidéo lorsqu'une nouvelle est disponible. Comme il intègre un lecteur de vidéo, le contenu est prêt à être visionné à tout moment, avec les avantages de la lecture de vidéo sur ordinateur : pause, déplacement, qualité constante, indexation, etc.

Mais où trouver ces chaînes, me demanderez-vous ? Le site de Miro propose un guide qui indexe toutes les chaînes disponibles dans Miro, avec tous les petits éléments pratiques du Web 2.0 : un moteur de recherche, des catégories, des tags, et les notes des lecteurs. Il devient très facile de trouver des émissions qui vont vous plaire.

Là où Miro va plus loin qu'un simple lecteur de podcasts, c'est qu'il propose une intégration avec les sites de vidéos en lignes les plus célèbres, comme bien entendu Youtube, Dailymotion, Google Video, Yahoo Video, etc. Il est possible de rechercher dans ces sites, puis de télécharger la ou les vidéos correspondantes sur son ordinateur, pour les regarder quand on le souhaite.

Cerise sur le gâteau, il est possible de sauvegarder une recherche sur Youtube par exemple en tant que "chaîne", pour laquelle les nouvelles vidéos seront automatiquement téléchargées, comme pour les chaînes cassiques. Si vous cherchez sur Youtube des vidéos de trappeurs canadiens et que vous enregistrez votre recherche en tant que chaîne, Miro téléchargera pour vous automatiquement toutes les vidéos sur les trappeurs canadiens qui pourraient être publiées dans le futur ! Top non ?

Il est important de signaler aussi que Miro est un logciel libre développé par une association à but non-lucratif, qui place très haut les valeurs de liberté des médias.

Miro est basé sur le même socle logiciel que Firefox, et fonctionne donc sur MS Windows, Mac, et Linux.

Personnellement, je transfère les vidéos que je télécharge avec Miro vers mon lecteur de vidéos portable. Quand comme moi on a 2 heures de transport en commun par jour, ça change la vie.

Les chaînes que je vous recommande :

  • Google Tech Talks, les conférences chez Google sur des sujets très variés
  • TED, des idées qui valent d'être diffusées
  • Les Guignols, le Zapping et Groland, les émissions de Canal+ qu'on ne présente plus...
  • Pop Siren, Webb Alert, Food Science et plein d'autres !

Mais ne suivez pas mes conseils, faites-vous votre propre avis !

  • Voir en ligne : Miro

P.S. :

Encore une victime de Miro (héhéhé).