Personnellement, je préfèrerais un monde égalitaire, et même si ça n'arrivera jamais je pense qu'il faut essayer de viser ce but. En tout cas la situation actuelle, l'ampleur des différences de niveau de vie entre les peuples, n'est pas acceptable de mon point de vue, et de celui de mes collègues.

L'objectif de la discussion n'est pas de s'employer à résoudre les problèmes de guerre et de faim dans le monde (même si ça serait pas de refus...), mais de mettre en regard deux faits :

  • nous n'acceptons pas une telle différence entre les niveaux de vie des peuples ;
  • la planète Terre ne supportera pas que la totalité de la population mondiale aie le même niveau de consommation que nous.

De dernier fait n'est plus à démontrer, malheureusement... Alors que faire ?

Selon moi, nous avons plusieurs solutions pour rester compatible avec notre volonté d'égalité :

  1. diminuer drastiquement notre niveau de consommation, pour que tous aient approximativement le même et que la Terre puisse l'amortir
  2. diminuer la population mondiale
  3. espérer l'arrivée d'un deus ex machina sous la forme d'une découverte scientifique révolutionnaire qui permettrait à tous de consommer autant que nous, voire plus
  4. coloniser une autre planète

La première solution semble la plus évidente, mais n'est pas à prendre à la légère. Elle impacte très très fortement notre mode de vie actuel : quasiment plus aucune voiture individuelle, ou plus les mêmes, moins d'import de produit, moins de voyages, et des centaines d'autres impacts plus importants auquels je ne pense pas en ce moment.

La seconde population n'est pas très réjouissante non plus, et peut provoquer des blocages instinctifs (moi elle me met mal à l'aise...). Elle implique, en dehors d'une guerre mondiale ou de cataclysmes bien sûr, une politique très strict de contrôle des naissances. Pas plus d'un enfant par famille, au niveau mondial. Alors on pourra peut-être redescendre à un nombre "vivable" de terriens. C'est pas très joyeux comme solution, mais la situation ne l'est pas non plus, il faut faire des choix.

La troisième solution est assez populaire dans nos professions de techniciens bercés à la science-fiction. Attendre qu'une formidable découverte technologique vienne tout révolutionner et nous permettre de continuer à vivre comme actuellement. Depuis 40 ans, on nous dit que la fusion nucléaire va arriver dans 10 ans et que ça va tout résoudre. Mais il ne s'agit pas que d'un problème d'énergie, il y a aussi un problème de matières premières (déforestation, exploitation des gisements, etc.). Je trouve qu'attendre le Père Noël est un pari très (trop) risqué. Les chances pour que ça n'arrive pas, ou trop tard, sont énormes. Vu la situation, je dirais que la science-fiction joue un peu le rôle de l'opium du peuple : mais non, ne prenons pas de décision difficile maintenant, vous allez voir tout va s'arranger. Risqué. Trop risqué.

Enfin, la quatrième solution : coloniser une autre planète. Non seulement c'est sûr que ça arrivera trop tard, mais en plus je trouve que considérer sérieusement cette possibilité, c'est un aveu d'échec retentissant. C'est l'indéniable aveu de notre irresponsabilité en tant qu'espèce vivante. Accepter ça, c'est donner raison à l'agent Smith de Matrix : nous sommes un virus, un parasite. Nous nous multiplions jusqu'à ce que toutes les ressources de notre hôte soient épuisées, puis nous cherchons à nous implanter ailleurs.

Bref, la situation n'est pas rose, et je pense qu'il faut se mettre au boulot tout de suite, parce qu'il y a du chemin. Un composé de (1) et (2) me semble un bon départ : réduire considérablement notre impact écologique, et ne pas avoir plus de deux enfants, un si possible, et aucun au mieux.

De toute façon, vu le monde qu'on va leur laisser....