L’April agit pour le logiciel libre depuis 12 ans, grâce à plus de 2500 adhérents, mais aussi pour le respect des standards ouverts — sujet qui touche toute personne amenée à manipuler des données électroniquement. C’est à dire, aujourd’hui, tout le monde.

Au cours des années, l’April s’est démarquée des autres associations de promotion des Logiciels Libres en agissant sur le plan politique, en essayant de sensibiliser le grand public, et en fédérant les acteurs, jusqu’à devenir aujourd’hui l’association principale dans le secteur.

Pourquoi est-ce que je parle de l’April maintenant ? Parce que l’association lance une grande campagne d’adhésion depuis hier (12 novembre). Dans le monde associatif, le poids politique est en liaison directe avec le nombre d’adhérents (je ne pense pas que ce soit proportionnel d’ailleurs, mais c’est un autre débat). Donc si on veut faire bouger les choses, il faut être nombreux.

Rassurez-vous, adhérer à l’April n’implique pas d’être actif dans l’association. Mais forte de milliers de membres, l’April obtiendra plus facilement l’audience des élus et du gouvernement. Grâce à nos cotisations, elle pourra financer ses permanents et embaucher les personnes qu’exigent ses actions et les dossiers de plus en plus complexes qu’elle traite.

Parce que rassurez-vous : dans le monde propriétaire, les lobbys ont tout à fait de quoi embaucher des types à plein temps pour aller casser les pieds des élus, tels des petits démons leur soufflant les lois les plus liberticides aux oreilles.

Et la bonne nouvelle, c’est que l’April commence à avoir un réel poids politique. Ils sont reçus dans les commissions, dans les cabinets des ministres, etc. On est sur la bonne voie, mais il ne faut surtout pas s’arrêter en chemin.

Voilà en gros sur quoi ils ont bossé récemment :

… et encore plein d’autres. Donc des sujets vraiment importants.

Si vous êtes français, et si le logiciel libre vous intéresse, vous devriez adhérer à l’April. C’est 10€ (min), et vous savez qu’ils seront bien utilisés. On peut payer par chèque, virement, prélèvement et même par carte bancaire directement sur le site. Franchement, faut pas hésiter.

Promouvoir et soutenir le logiciel libre