Stop the Politics Climate Treaty Now - Greenpeace
Creative CommonsStop the Politics Climate Treaty Now - Greenpeace” par Takver

« De la démocratie dans le monde »

Je n’ai pas de remarque particulièrement plus pertinente que qui que ce soit d’autre sur le sujet, ni de point de vue d’insider (je n’y étais pas), mais j’aimerais tout de même porter à votre attention un article que je trouve à la fois pertinent, bien argumenté, et surtout doté d’une bonne prise de recul sur cette question. Il s’agit de l’article de Sylvestre Huet, journaliste scientifique à Libération, intitulé « Climat : qui est responsable du Flopenhague ? ».

Je vous encourage évidemment à courir le lire en entier, mais pour faire un résumé rapide je pense qu’il pose une très bonne question : les ONG écolo se sont-elles trompées de cible ?

En effet, en orientant leur actions et leurs communications vers les responsables politiques, n’ont-elles pas choisi la solution de facilité (toute relative qu’elle est bien sûr ) ? Les politiques sont peu nombreux, semblent avoir le pouvoir de décision et d’action, sont en général très instruits, etc. Ils ressemblent à s’y méprendre à la parfaite cible à viser.

Sauf que voilà, comme l’écrivait déjà Alexis de Tocqueville au début du 19ème siècle dans De la Démocratie en Amérique, et comme le rappelle Jean-Marc Jancovici sur son site, la démocratie est un régime politique dans lequel les dirigeants sont des représentants du peuple. C’est le peuple qui décide, pas les politiques, et il ne peut pas se reposer sur eux pour être une sorte de grand frère bienveillant qui prend tout seul les bonnes décisions. La démocratie responsabilise le peuple, il se doit donc d’être responsable. Au passage, je vous encourage à aller lire les deux articles de J.M. Jancovici sur le sujet, c’est particulièrement intéressant. Avec du très très bon dedans, notamment la façon dont on pourrait mettre en place de la démocratie directe, le fait que les sondages actuels en sont un ersatz puant, etc. Mais je ne vais pas me lancer dans la paraphrase de J.M.J., j’ai mis ça dans mes bonnes résolutions pour 2010.

COP15 - Klimademo
Creative CommonsCOP15 - Klimademo” par gruenenrw

Pour en revenir au sujet, je pense donc que Sylvestre Huet met le doigt sur le fond du problème : pour faire changer les choses, il ne faut pas essayer de convaincre les politiques, il faut convaincre les citoyens. Et c’est beaucoup plus difficile. Les citoyens :

  • sont beaucoup plus nombreux
  • sont principalement préoccupés par le quotidien, bien moins par les moyens et longs termes
  • ne sont pas forcément intéressés par le sujet
  • ont des niveaux d’instruction très variés
  • sont déjà abondamment bombardés de messages de communication (la pub) tentant de les convaincre

Bref, c’est une toute autre paire de manches. Sauf que voilà, le jour où un politique lira dans les derniers sondages : « Pensez-vous qu’il faut mettre en place une taxe carbone ? Oui 70% / Non 30% », vous pouvez être sûr qu’il le fera sans hésiter une seconde. Après tout, c’est bien ça son boulot.

Bring Home a Climate Treaty
Creative CommonsBring Home a Climate Treaty” par Takver

Un pacte avec le diable ?

Alors ça tombe bien, il y a des gens qui bossent depuis des années sur la façon de diffuser un message pour convaincre le public. Ce sont les gens du marketing et de la communication. Principalement employés par les publicitaires, ils le sont aussi parfois par les lobbies, les politiques, etc. Je sais qu’on touche là à un tabou, parce que la consommation de masse et tout ce qui peut l’inciter est aux antipodes de l’écologie, mais je pense qu’il faudra inévitablement utiliser ou acquérir les compétences qui sont actuellement celles des agences de communication.

Ça me rappelle une situation relativement similaire que nous avons vécu dans le monde du logiciel libre. Mes premiers contacts avec le logiciel libre l’ont été par résistance à une société en situation de monopole (il s’agit bien sûr de Microsoft) et dont les pratiques commerciales étaient… comment dire… très éloignées de ma conception de l’éthique. :) Autant dire qu’à l’époque, toute société qui se montait dans le domaine du logiciel libre recevait illico un a priori négatif, d’autant plus si elle gagnait en popularité (« Mandrake c’est du Microsoft à la sauce Linux »).

Et au cours des années, les associations du logiciel libre se sont rendu compte que ce qui les empêchait de toucher le grand public, ce n’était plus les raisons techniques (logiciels moins faciles d’utilisation) mais tout simplement la méconnaissance des gens, le manque de communication, et finalement de marketing.

Je pense que la première association à avoir lancé une opération marketing d’envergure a été la Fondation Mozilla. Une fois l’horreur et le rejet viscéral passés, beaucoup d’autres lui ont emboîté le pas.

Copenhagen during COP15
Creative CommonsCopenhagen during COP15” par UN Climate Change

Y’a du boulot…

Dans le cadre de l’écologie, je pense qu’il y a là un exemple à prendre. Les associations du logiciel libre ne sont pas spécialement plus fortunées que celles qui défendent l’environnement, il y a donc très probablement des méthodes à réutiliser. Je pense par exemple au concours de vidéo que Mozilla a lancé pour la sortie de Firefox 3.0. Pourquoi pas un concours de vidéo pour sensibiliser le public à sa dépendance aux énergies fossiles ? À l’impact du réchauffement planétaire sur les activités humaines futures ? Je suis sûr qu’il y a des idées à échanger.

La communauté du logiciel libre étant déjà plutôt politisée (la liberté dans le logiciel est un problème éminemment politique), je suis sûr qu’il y a déjà beaucoup de membres communs aux deux causes. J’espère que le besoin de mutualisation des compétences et des expériences va se faire plus clair au cours des mois qui viennent, et que nous pourrons nous entre-aider sur ce sujet commun. Il est grand temps, plus nous attendons et plus la note climatique sera salée.

COP15 Climate March
Creative CommonsCOP15 Climate March” par america.gov