Si vous êtes Français, vous n’êtes pas sans savoir que l’Assemblée Nationale a adopté aujourd’hui un texte de loi qui ouvre le mariage civil et l’adoption aux couples de même sexe.

Ce débat de société a été long (plusieurs mois), et s’est terminé par des violences dont on se serait bien passées. Mais ça y est, le texte est voté, et il est peu probable que le recours au Conseil Constitutionnel que déposera la droite puisse l’arrêter.

Si j’écris un petit mot ici, c’est pour faire un compte rendu de ce que j’ai observé de ce débat. Pendant les mois qui ont duré, je n’ai pas entendu UN SEUL argument contre le mariage pour tous qui résiste à l’analyse logique. Pas un. Et pourtant je n’ai pas gardé la tête dans le sable. J’ai lu des commentaire, des tas de commentaires. J’ai même lu plusieurs articles qui s’opposaient à cette loi. J’ai un ami qui est contre, et qui a partagé des liens défendant ce point de vue.

Je ne vais pas reprendre les arguments un à un, ce serait trop fastidieux, mais à ce que j’en ai vu ils proviennent de quatre origines.

  1. l’homophobie, ou plutôt des préjugés négatifs envers les homosexuels. Il y avait des arguments de cette nature, c’est clair, mais il n’y avait pas que cela.
  2. le sexisme, par exemple en déclarant que les femmes savent naturellement mieux s’occuper des enfants que les hommes, et que donc un enfant serait malheureux dans un couple de gays.
  3. une méconnaissance des besoins des enfants, qui peut être de bonne foi, par exemple en disant que c’est un besoin essentiel de l’enfant que d’avoir deux parents de sexe différent. A noter que certains de ces arguments sont en fait tout simplement sexistes (besoin de bien séparer et propager les rôles genrés), mais pas toujours. Du moins, parfois il reste un doute, je donne donc avec plaisir le bénéfice associé.
  4. une confusion sur le mariage civil, en l’identifiant au mariage catholique. Le mariage civil n’a pas pour objectif la procréation, sinon il serait interdit aux couples infertiles et aux femmes ménopausées.

On peut facilement démonter le troisième argument en regardant les études statistiques probantes qui ont été faites dans les pays où le mariage et l’adoption sont ouverts à tous les couples. Regarder aussi par exemple l’intervention de Pablo Seban lors des auditions à l’Assemblée Nationale fin décembre (10 min).

Le quatrième argument se retrouve plus sournoisement, parce qu’on discute en utilisant les mêmes termes pour ne pas parler de la même chose, et peut expliquer pourquoi certaines personnes ont l’impression que le mariage est vidé de sa substance. C’est une substance qu’il n’avait pas au départ.

Il est ensuite des arguments qui sont bien moins solides et ne méritent même pas une analyse de plus de quelques secondes, comme le fait que l’ouverture du mariage aux homosexuels l’ouvrirait aussi à la zoophilie (comme si un animal pouvait consentir à un mariage), le fait qu’un enfant ait absolument besoin de ses deux parents (interdisons le divorce alors), le fait que seuls les parents biologiques puissent être les parents affectifs/éducatifs (interdisons l’adoption alors), etc… Quant à l’histoire du “on ne ment pas aux enfants”, ça ne tient vraiment pas la route. Connaissez-vous un seul couple ayant adopté qui ait fait croire à leur enfant qu’ils étaient les parents biologiques ? À part dans un film hollywoodien ? (en plus quand on adopte c’est assez souvent d’une autre ethnie : un haïtien, une asiatique, etc, de toute façon “ça se voit”). Quand on adopte, il est effectivement préférable de ne pas mentir à l’enfant, mais personne n’avait ça en tête. Je connais personnellement un couple qui a adopté, on est bien informé sur la façon d’aborder ce point délicat avec l’enfant. La plupart du temps ça passe comme une lettre à la poste (quand c’est fait assez jeune et qu’il n’y a jamais eu de mensonge justement).

J’ai aussi entendu plusieurs fois une dénonciation du “consumérisme” que représente cette loi, puisqu’elle donne la possibilité à des couples infertiles d’avoir un enfant, au nom d’un prétendu “droit à l’enfant”[1]. Mais il s’applique à l’adoption en général, tout simplement. On ne peut pas non plus limiter l’adoption aux couples fertiles qui font le choix de ne pas faire d’enfant eux-même, ça ne règlerait pas le problème et contribuerait à garder les enfants en orphelinat (combien sont-ils, ces couples ?)

Bref, je ne suis pas sensible à tous les arguments pour. Je suis autant convaincu par l’argument pro du “sens de l’Histoire” que par l’argument contre de la “loi de la Nature”, c’est à dire pas du tout. Mais j’aurais aimé qu’on présente des arguments logiques, fondés sur des bases solides, si possible scientifiques (études statistiques sociologiques). Et je n’en ai pas vu. Après plusieurs mois de débats et une attention particulière à ce sujet, je suis tenté de dire qu’il n’y en a pas (je ne le ferais pas, bien sûr, ce ne serait pas scientifique ;-) ).

Je suis désolé pour toutes les personnes que cette loi choque dans leurs plus profondes convictions, ou croyances. Il y a ceux et celles qui ont une haine viscérale de l’homosexuel, mais vous êtes minoritaires, et j’espère que vous le resterez. Pour tous les autres qui pensent vraiment au bien des enfants, de bonne foi, mais avec leur propre grille de lecture, je suis sincèrement désolé pour votre souffrance aujourd’hui (j’ai des amis et de la famille parmi vous). Mais j’espère que ce sera l’occasion de réexaminer votre point de vue sur le monde qui vous entoure, et ce qui motive vos valeurs.

Je ne cherche pas à faire du triomphalisme, mais au final je suis très content que ce texte ait été adopté. :-)

Notes :

[1]  Cet argument me marque assez personnellement, puisque je ne peux vraiment pas être accusé d’encourager la consommation à outrance ou la démographie galopante, c’est le moins qu’on puisse dire.